Fantasy – Fiche d’identité

• DÉFI SABLIER #1 • (3).png

Si je manque souvent au rendez-vous sur ce blog, c’est bien malheureusement à cause des vacances… Je vous propose toutefois jusqu’au mois prochain une série d’articles (à publication irrégulière) sur la fantasy !

Pour la petite histoire personnelle, la fantasy est sûrement le genre littéraire qui aurait bouleversé ma vie. C’est en effet celui qui m’aurait poussé le plus vers la lecture, puis repoussé dans les retranchements de l’écriture. Son imaginaire incroyable sonnait si doux à mes oreilles qu’il m’était impossible de ne pas suivre ses voies. C’est également pourquoi la plupart de mes projets en sont issus.

Mais la fantasy, c’est aussi le genre qui m’a le plus déçue.

En effet, tant chérie qu’elle était par la jeune génération, elle a fini par se laisser manipuler et éroder. Par des mains malhabiles, elle a perdu de son pouvoir.

Certains ne seront sûrement pas en accord avec moi et je m’en excuse. En tant qu’écrivaine, je ne peux toutefois taire ce que mon cœur et mes observations me disent. Et c’est à travers cette série d’articles que j’aimerais vous aider à rendre à ce genre sa splendeur d’autrefois. Prendrez-vous part à ce combat ?

Définitions

Avant tout, j’aimerais fixer cet article sur la présentation de ce genre littéraire. La fantasy s’est tant développée que j’avoue ne pas connaître tous ses moindres recoins.

Voici ce qu’en nous dit en tout cas notre bon vieux Larousse :

« genre littéraire qui mêle, dans une atmosphère d’épopée, les mythes, les légendes et les thèmes du fantastique et du merveilleux. »

Et en ce qui concerne Wiktionnaire :

 » (Littérature) un genre narratif présentant dans son récit un ou plusieurs éléments irrationnels qui relèvent généralement d’un aspect mythique et qui sont souvent incarnés par l’irruption ou l’utilisation de la magie. »

Pour résumer, nous pouvons dire que la fantasy c’est…

  • Du merveilleux / irréel
  • Une épopée / aventure
  • Originairement inspiré des mythes et légendes

… et n’est pas seulement

  • De la magie
  • Un monde imaginaire / des mondes parallèles
  • Des créatures

Je pensais que rappeler la définition était essentiel, car beaucoup se méprennent sur le sens de la fantasy. Pour les écrivains, si l’on veut écrire de la fantasy, il faut alors créer un monde magique avec ses créatures. Et alors ce « devoir » finit par prendre plus d’importance que l’idée d’aventure même…

Rappel : la fantasy n’est pas du fantastique ! Le fantastique est un genre littéraire qui fait introduire du surnaturel (fantômes, vampires, etc.) dans le réel (c’est-à-dire, notre réalité et petit monde) et qui, généralement, cherche à faire peur et douter son lecteur.

Histoire

La fantasy aurait réellement pris son essor dans l’Angleterre à la fin du XIXe siècle avec, pour célèbre exemple, le travail de Lewis Carroll, Alice au Pays des Merveilles.

Depuis, il n’a eu cesse d’éveiller la curiosité des auteurs, notamment au siècle suivant. C’est le cas de C.S Lewis avec son fameux Monde de Narnia et de Tolkien avec Le Seigneur des anneaux. Ces deux œuvres sont inspirées des légendes : des faunes et centaures de la mythologie grecque dans l’un, des nains et elfes de la mythologie nordique dans l’autre. Il est également question d’épopées. C’est donc bien de la fantasy.

Petite anecdote : C.S Lewis et Tolkien étaient de très bons amis, tous deux professeurs à l’université d’Oxford. Ils tenaient avec d’autres écrivains moins connus et des historiens un club d’échange d’écriture intitulé les Inklings, dans une taverne de la ville. Comme quoi il est nécessaire de connaître et s’informer sur l’histoire (côté légendes et mythes antiques) pour écrire de la fantasy !

Catégories

Dans la fantasy, il existe de nombreux « sous-genres » ou « catégories ». On peut citer par exemple la light fantasy qui a recourt à l’humour, la dark fantasy comme l’indique son nom, l’heroïc fantasy où il est question de suivre l’épopée d’un personnage en particulier ou, au contraire, un groupe avec l’Epic fantasy… et bien d’autres encore.

Cela vous paraîtra sûrement étrange, mais je n’aime pas ranger chaque livre de fantasy dans une catégorie particulière. Mes raisons :

  • Car la fantasy étant un genre libre et sans limites, cela signifierait que chaque livre aurait le droit à sa propre catégorie.
  • Cela invite l’écrivain à se limiter et copier ses compères de catégorie.
  • Car il n’est pas interdit de prendre toutes ces catégories, de les mélanger, et d’en faire quelque chose de très beau.
  • Car, après tout, un écrivain n’aime pas être rangé dans une boîte qu’est une catégorie.

Dans les prochains articles je vous partagerai mon expérience en tant que lectrice de fantasy, mais aussi et surtout en tant qu’auteur, et la manière dont je procède pour écrire un bon livre de fantasy.

Et vous, que pensez-vous de la fantasy ? En lisez-vous ? En écrivez-vous ?
La Plume Messagère

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s